Temps de lecture estimé 4 minutes

Sparklite, créé par les studio Red Blue Games et sorti en novembre 2019, peut, au premier abord
ressembler un petit peu (graphiquement parlant) aux premiers Zelda sur NES. Un Zelda un peu
steampunk sur les bords. Le point de vue est dans le même style que celui dans les premières aventures de Link, les décors peuvent y faire penser un petit peu également. Je vous rassure, la comparaison s’arrête là.
Sparklite est un jeu roguelike, qui doit avoir une toute autre dimension en mode Coop (que je n’ai pas
testé). Il me semble que c’était la première fois que je jouais à un jeu de ce genre. Du coup on va peut-être commencer par la question essentielle… suspens…

Jeu : SparkliteGenre : Aventure, RoguelikeStudio : Red Blue Games Editeur : Merge Games Date de sortie : novembre 2019 Plateformes : Switch, PC, PS4 et Xbox One. Age : 7+ Prix conseillé : 39.99€
« Roguelike ». Qu’est-ce que ça veut donc dire ? Un rapport avec un personnage d’Harry Potter (en VF) ? une allusion à Star Wars ? Que nenni !
Ce terme est tiré du nom du jeu « Rogue » (sorti au siècle dernier, en 1980) et qui fut considéré comme le pionnier du genre et qui l’a popularisé.
Maintenant que nous savons cela, qu’elles sont les particularités de ce genre ? Hé bien, à chaque fois que votre personnage trépasse, une nouvelle map se génère.
Tout l’intérêt du jeu étant (en partie) dans cette façon de procéder, il est bien évident que vous n’allez pas trouver de cœurs à tout va dans ce genre de jeu.

SPARKLITE : ADVENTURES OF ADA

Et l’histoire dans tout cela me direz-vous ? Hé bien, elle est expliquée au fur et à mesure de votre cheminement dans le jeu. Il y sera question d’environnement et de sa gestion, mais pas que !
On commence dans un aéronef (qui a un petit air des vaisseaux des boss dans Super Mario Bros 3) où une
tempête se produit, contraignant Ada (vous) d’abandonner le navire, dans lequel votre coéquipier/familier se sacrifie pour vous sauver. Ada atterri donc dans les contrées sauvages de Geordia, divisée en cinq régions et gouvernée par le méchant Baron. Ces régions sont dirigées par des Titans (les boss) qui surveillent chacun un morceau de la Pierre Fondatrice que doit rassembler Ada.
Au début du jeu, Ada doit récupérer un petit pendentif pour pouvoir accéder à une « grotte ». Grotte qui, vous le constaterez au fil de vos aventures, contient un objet à récupérer dès le début, et qu’il suffira ensuite d’utiliser tout au long du parcours dans la grotte. Mais attention, vous reposerez cet objet à la fin de la grotte et ne récupérerez que les plans pour le fabriquer. Là se pose la question du « mais où est-ce qu’on fabrique cet objet ?! ». La réponse est simple : il faut mourir (ou terminer un « donjon »), ainsi, vous (re)viendrez sur la petite ville volante que vos comparses ont construit.

Au début, c’est assez sommaire, mais vous pourrez acheter des améliorations. Bon par contre c’est pas
Sim City hein.
Comment acheter des améliorations ? Avec des sous !! Enfin, avec du sparklite dans notre cas, qui est une sorte de cristal. Vous en récupérerez à profusion durant le jeu, soit en battant des ennemis, en coupant des plantes, on explosant des rochers ou en ouvrant des coffres, notamment. Les mêmes coffres qui contiennent aussi des petits bonus, du genre un peu de vie, des items pour booster votre défense, etc.

Cependant, lorsque vous passez de vie à trépas, ou plutôt de vie à vie, certains objets vous sont
« confisqués » (hé oui, rien n’est gratuit en ce bas monde ma bonne dame). Du coup, vous conservez votre
argent ainsi que les plans des objets et les différents badges que vous récupérerez ici et là. Ces fameux badges vous permettent d’améliorer les caractéristiques de votre personnage. Vous verrez, c’est rigolo.

EN CONCLUSION

Le jeu est très prenant une fois qu’on est dedans. Il est possible de le finir en quelques heures. Bonus de temps si les régénérations de maps sont sympa avec vous (par exemple le « donjon » peut apparaître dès le deuxième ou troisième écran).
Le principe du jeu est somme toute assez banal : on débarque sur un écran, on bute le(s) méchant(s) (avec plus ou moins de dextérité), on récupère le butin, on regarde un petit peu s’il y a des choses à prendre, s’il y a des trous dans le sol à explorer (on peut trouver des trésors, mais aussi des ennemis ET des trésors) et on change d’écran.

Les ennemis sont plutôt simples à battre au début du jeu, sur la fin, je me suis contentée de les éviter pour perdre le moins de vie possible, parce qu’ils étaient plutôt costauds les bougres.
Par contre, en ce qui concerne le passage obligé (aka les boss), ils sont relativement simples à zigouiller.
Le boss de fin de jeu en revanche demande un peu plus de temps et de patience !
Il faut l’avouer, la première fois que j’ai joué à ce jeu, je n’ai absolument pas accroché. Ayant laissé du temps au temps, lorsque je l’ai relancé, il a été très difficile de m’en faire décrocher !
Ce qui m’a déroutée au début, je pense que c’était le fait que justement la map changeait à chaque mort. Et il faut l’avouer, tous ces jeux qui se veulent Zeldalike (je ne sais plus où mais j’avais lu que ce jeu s’en inspirait un peu) juste parce que c’est une aventure en 2D vue aérienne, avec des décors faisant vaguement penser aux Zelda… bah faudrait un peu arrêter, il n’y a pas que Zelda dans la vie (là, j’en connais deux qui doivent se gausser).

Mais voilà, le temps a fait que j’ai fini par apprécier ce petit jeu et qu’il était vraiment prenant, justement grâce au fait que la map changeait régulièrement.
Envie de vous laisser tenter par ce plutôt bon petit jeu ? Il est disponible sur Switch, PC, PS4 et Xbox
One.

[TEST]Sparklite, le zelda-like déjà-vu
Univers7
Graphismes7
Roguelike7
Déjà-vu5
Durée de vie5
Zelda-like5
Les +
  • l'univers, les graphismes et le côté roguelike très très prenant.
Les -
  • le côté un peu déjà-vu, la durée de jeu et le côté zeldalike
6La note sur 10
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0