Temps de lecture estimé 8 minutes

Predator Huntng Grounds s’inscrit dans la tradition récente des jeux de survie PvEvP où une équipe de joueurs doit accomplir un certain nombre d’objectifs sans succomber aux ennemis IA et tout en prenant garde à ne pas tomber sous les assauts des joueurs humains. Ici, il s’agira d’une escouade commando de 4 soldats qui devra effectuer une opération sur l’unique carte du jeu, tandis qu’un cinquième joueur humain enfilera, comme Jean-Claude Van Damme, la tenue du Predator et tentera de les éliminer. Sous ses atours techniques solides et son gameplay relativement profond, le jeu du studio IllFonic, qu’on peut considérer comme un habitué du genre FPS avec Nexuiz et sa réactualisation en free-to-play Dead Alliance, et du jeu de survie multijoueur asymétrique avec Friday The 13th, nous livre un jeu certes fun et accessible, mais qui souffre d’un manque évident de personnalité, ce qui est regrettable pour une adaptation d’une franchise aussi prestigieuse.

Jeu : Predator Hunting GroundsGenre : Jeu de tir à la première personne PVE/PVPStudio : IllFonic Editeur : Sony Interactive Entertainment Date de sortie : 24 avril 2020 Plateformes : PlayStation 4, Microsoft Windows Age : 16+ Prix conseillé : 49.99€

Pour voir le test délirant de Minami c’est par là, sinon continuez votre lecture ici pour plus de sérieux et un avis complet.

Predator Hunting Grounds Commando 4

Predator Hunting Grounds Commando 4

Pour ceux d’entre vous qui ont déjà pratiqué ce type de jeu, une partie de Predator Hunting Grounds n’a rien de très original. Vous débutez avec votre équipe après un court briefing sur votre mission et un vote entre 3 points de spawn possibles. Un choix pas très utile étant donné la faible superficie de la map. Vous vous lancerez donc dans une opération qui nécessitera la validation de plusieurs étapes (pirater des ordinateurs, détruire de l’argent, de la drogue, récupérer de l’or, etc) et ces mini-objectifs vous entraîneront dans différents types d’attaques ou de défense de points d’intérêts. Les ennemis IA ne sont pas particulièrement dangereux et, si tant est qu’ils sont vite tués, ne posent pas de problème, ni n’entament trop votre barre de vie. Une fois cette mission menée à terme, vous vous dirigerez vers un point d’exraction où un hélicoptère viendra vous récupérer. Seulement, bien évidemment, le joueur qui incarne le Predator aura pour but de faire capoter votre mission et… comment dire… de vous tuer, tout simplement. À l’aide de ses armes à distance, il essaiera de vous user et de créer la confusion, puis se lancera dans une chasse à l’homme au sol où vous ne ferez pas long feu sous ses attaques de corps-à-corps. Il faudra rester proche de ses coéquipiers et se surveiller mutuellement pour espérer protéger la vie de vos amis et la vôtre. Jouer en commando est une expérience assez riche en émotions. Le fait de surveiller son environnement quand on détecte les bruits indiquant la présence d’un Predator, et la difficulté de gérer les positions de son équipe, tout en démolissant les IA et en faisant attention à ne pas se retrouver exposé au prédateur extraterrestre nécessite de rester en permanence sur le qui-vive et sur ce point, le jeu fonctionne vraiment bien.

Predator Hunting Grounds Predator arbres

Predator Hunting Grounds Predator arbres

Predator

Du point de vue du Predator, ce n’est pas la même approche, tout est basé sur la traque et la chasse. Vous spawnerez à un point aléatoire de la carte et votre premier défi sera de localiser les joueurs. Pour ce faire, vous aurez à votre disposition la fameuse vision thermique du predator, et un capteur qui vous donnera l’emplacement global de vos proies. Il faudra se laisser guider par les bruits des coups de feu et les alarmes déclenchées pour trouver leur emplacement exact. Se déplacer à travers les arbres de la jungle est une expérience fluide et grisante, même si quelques dos d’ânes techniques forcent à prendre un peu de temps avant une bonne prise en main. Vous pourrez activer le célèbre camouflage optique pour perturber le repérage des commandos, les cibler avec des tirs laser pour les affaiblir, utiliser un lance-filet pour empêcher leur résistance pendant quelques secondes, et tout un arsenal qui se débloquera au fur et à mesure que vous jouerez, dont un arc complètement craqué, qui tue à peu près n’importe qui en 2 ou 3 flèches (un nerf là dessus, please, parce que c’est abusé). Mais vous êtes loin d’être invulnérable, en tant de Predator, et vous soigner impliquera de rester exposé au danger pendant de longues secondes. Il faut donc faire comme tout bon prédateur : repérer la brebis égarée qui a eu la mauvaise idée de s’éloigner du troupeau et se jeter sur elle. C’est du moins la méthode la plus efficace. Même une fois mis à terre, tout n’est pas perdu pour vous, il vous reste votre outil d’autodestruction, qui ravagera tout à plusieurs centaines de mêtres carré, à moins que quelqu’un n’arrive à le désamorcer à temps… Tant qu’à mourir, autant emporter avec vous ceux qui ont causé votre perte. Si toutefois vous parvenez à éliminer tous les commandos et à rester en vie, vous serez nommé chasseur du mois sur votre planète et vous empocherez un max d’XP.

Predator Hunting Grounds Predator désarmorçage

Predator Hunting Grounds Predator désarmorçage

Last Action Hero

Ce point de basculement, au moment où le Predator est mis hors d’état de nuire est une alternative à la fin classique avec extraction, pour les joueurs commando. Une fois le monstre à terre, il vous faudra exploser son masque et effectuer un rapide mini-jeu qui consiste à reproduire une combinaison de quatre caractères en “prédatorien”. Si vous échouez, vos tripes iront décorer la cime des palmiers. Si vous réussissez, une autre phase de jeu commence alors, où vous devrez défendre la dépouille du Predator contre une longue vague d’ennemis, en prenant soin de maintenir le corps intact pour un maximum d’XP. À l’issu de cela, l’extraction sera automatique.

Predator Hunting Grounds Commando boue

Predator Hunting Grounds Commando boue

Le Contrat

Si l’on prend en compte cet ensemble de mécaniques de jeu, il y a clairement matière à explorer différents types de parties à jouer, et vos premières heures de jeu se verront relativement bien garnies de surprises et de cas de figure variés. Quand certains matchmakings malheureux laisseront 4 joueurs inexpérimentés se faire massacrer par un Predator haut-niveau, ou l’inverse, la plupart des parties se joueront jusqu’à leur dénouement avec cette sensation que tout est encore possible tant qu’il reste un joueur debout. L’ajout de petites astuces supplémentaires aide à maintenir l’équilibre. Quand des commandos meurent, par exemple, les autres peuvent accomplir une mission annexe qui permettra aux défunts de respawner. Les commandos peuvent aussi s’enduire de boue pour être moins détectable par le Predator. Et les multiples équipements que vous débloquerez au différents niveaux viendront aussi ajouter de nouvelles possibilités : des packs de soin, de munitions, des leurres, etc.

Predator Hunting Grounds Predator court

Predator Hunting Grounds Predator court

La Course Au Jouet

Niveau customisation, Predator Hunting Grounds rate un peu le coche et le buffet n’est pas très excitant. D’un côté, votre personnage, qui passe des niveaux en fonction de l’XP obtenu, verra sa palette d’atouts et de gadgets s’agrandir, permettant ainsi une personnalisation du gameplay plus poussée (plus de résistance, plus de souffle, plus d’XP, etc), et des changements dans votre équipement (soin, flashbangs, fumigènes, etc). Un service minimum classique pour le genre. D’un autre côté, la customisation visuel de votre personnage est, quant à elle, d’un ennui mortel. Les lootbox gratuites qui vous seront offertes vous feront crouler sous les couleurs de nuanciers pour des armes que vous n’utilisez pas, et les fringues s’avéreront d’une tristesse à pleurer. Casquette à l’endroit ? à l’envers ? verte ? bleue ? Vous aussi, vous vous en foutez ? À l’image de la partie création de personnage, qui propose homme ou femme et cinq teintes de peau à appliquer sur quatre visages tous affublés d’un regard de poisson mort, la décoration des armes et des vêtements est un point cruellement faible du jeu. On s’amuse légèrement plus du côté Predator, mais à peine, avec des variations parfois presque imperceptibles.

Predator Hunting Grounds Predator attaque

Predator Hunting Grounds Predator attaque

Dommage Collatéral

Pour ce qui est du matchmaking, même si les temps d’attente varient suivant les moments de la semaine ou de la journée, comptez en moyenne 7 à 8 minutes pour espérer jouer le Predator et moins d’une minute pour être commando. Il n’y a pas ici de quoi se plaindre. PAR CONTRE, le jeu étant cross-play PS4 et PC, on ne compte même plus le nombre de hackers, Predators invincibles et tout puissants, qui vous one-shoteront depuis l’autre bout de la map, et vous gâcheront vos parties en rigolant, bien conscients d’être à l’abri de toute sanction. Un problème généralisé qui concerne de nombreux jeux mais prend une tournure bien plus poisseuse sur des jeux AA de ce genre où on a peu d’espoir de voir le studio réellement prendre à bras-le-corps la pénalisation des tricheurs, et qui vous incitera très rapidement 1/ Sur PC, à arrêter définitivement de jouer à ce jeu, 2/ sur PS4, à désactiver illico le crossplay (heureusement, l’option existe).

Predator Hunting Grounds Commando court

Predator Hunting Grounds Commando court

Total Recall

Mais ce qui empêche clairement Predator Hunting Grounds de se hisser au dessus de la simple somme de ses parties, c’est avant tout son déroulement et son ambiance, trop classiques. La jungle est jolie, si on évite de se frotter le nez aux textures, la musique efficace, mais calquée sur celle du film de 1987, un ensemble de skins propose d’ailleurs des apparences semblables à celles du chef d’œuvre de John McTiernan. Et c’est bien cette comparaison qui révèle là où le bât blesse. À l’exception de vos toutes premières parties, où vous serez sûrement impressionnés par l’arrivée du Predator, rien n’est fait pour entretenir une quelconque forme de peur semblable à celle que le film avec Schwarzie réussissait à mettre en scène. N’importe quel fan du film espérait retrouver dans ce jeu cette angoisse sourde de voir le feuillage tressaillir dans un coin de son champ de vision, cette impression d’impuissance face à un ennemi invisible qui tomberait d’un coup du ciel pour embrocher ses proies. Au lieu de ça, on passe plutôt son temps à défourailler des sangliers au fusil à pompe et à ramasser des plaquettes fluo qui donne de l’xp supplémentaire. On canarde des ennemis génériques en attendant que le vrai combat ne commence, et quand c’est le cas, on espère juste que nos coéquipiers seront assez réactifs pour tirer rapidement sur le Predator au cas où il nous prendrait comme cible. Contrairement à d’autres jeux multi PvEvP sortis récemment, comme Hunt Showdown, où même après des dizaines d’heures de jeu, on perçoit encore le malaise originel lié à l’ambiance générale du jeu, Predator Hunting Grounds n’est capable que de vous faire vaguement sursauter par moments. Il y a certes, au sein des parties de PHG, une réelle urgence et une sensation de danger, mais elle n’est jamais assez forte pour déclencher ce petit titillement dont on aurait besoin pour maintenir l’intérêt intact au delà d’une dizaine d’heures de jeu.

Predator Hunting Grounds Predator attaque

Predator Hunting Grounds Predator attaque

Bienvenue Dans La Jungle

C’est une entreprise complexe que de construire sur ce genre de jeu une atmosphère dont les effets sur les joueurs perdureront sur la longueur. Il faut, pour réussir l’exploit, se reposer sur une direction artistique forte et inspirée, dont PHG manque clairement. Il faut établir un terrain de jeu assez vaste pour donner la sensation qu’on va mettre du temps à découvrir les différents lieux qu’il abrite. Or la carte de PHG est, en plus d’être relativement limitée en taille, est tristement uniforme. De petits campements et bidonvilles se disputent l’espace avec des hangars génériques, une voie ferrée, des oléoducs bleus et quelques ruines mayas vides tentent de structurer vaguement un territoire qui de toute façon est envahi par la végétation tropicale, où aucun lieu n’a sa propre vibration particulière. La densité de la jugle est bien évidemment là pour permettre de perturber le repérage du Predator, mais elle noie aussi l’identité du décor dans une masse indistincte qui finit par lasser visuellement.

Predator Hunting Grounds Commando attaque

Predator Hunting Grounds Commando attaque

Le Jugement Dernier

Predator Hunting Grounds est un bon jeu, surtout en coop avec des amis, son rythme, ses mécaniques et sa fluidité technique en font une expérience à la fois agréable et ludique. Mais comparé au répertoire proposé ailleurs sur ce type de jeu, il échoue à offrir plus que sa simple formule et à se doter d’une identité suffisamment forte pour retenir l’attention au delà des premières parties. Ce n’est pas faute d’un gameplay alléchant et d’un vrai travail d’équilibrage, mais il manque à Predator Hunting Grounds ce petit supplément d’âme qui ferait dépasser sa tête de porte-bonheur de la mêlée. Tout amateur harcore du genre sera avisé de l’avoir dans sa collection, puisqu’il y a totalement sa place mais sur le marché actuel du multijoueur asymétrique, son manque de caractère le place davantage du côté de la gazelle esseulée que du prédateur assoifé de sang.

[TEST]Predator Hunting Grounds - Même Pas Peur
Graphisme5
Son / Musique6
Gameplay5
Atmosphère4
Matchmaking6
Gestion des hackers PC0
5.2La note sur 10
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

A propos de l'auteur

Élevé dès son plus jeune âge par des loups dans une forêt des Alpes, Malik eut la chance que sa fratrie canine adoptive soit adepte de jeux vidéo. Quand il n'était pas obligé d'aller dévorer des brebis en famille, il aimait hurler à la lune devant sa console de jeu. Ça a commencé avec une NES en 1985, ça continue aujourd'hui avec une Playstation. Malik ne sachant pas parler le langage des humains, il traduit des jeux vidéo en langue canine sur une chaîne Twitch dont les coordonnées reste secrètes.

Articles similaires