Judgment Takayuki Yagami
Judgment Takayuki Yagami

[TEST] JUDGMENT au coeur de l’enquête

Temps de lecture estimé 8 minutes

Judgment revient sur la next gen plus beau, plus fort et toujours aussi drôle. Une histoire émouvante et prenante autour d’enquêtes et de rebondissements.

Jeu : JUDGMENTGenre : Action / Yakuza like Studio : Ryu Ga Gotoku Editeur : SEGA Date de sortie : 23 avril 2021 Plateformes : XBOX SERIES X|S, PLAYSTATION 5 ET GOOGLE STADIA PEGI 18 Testé sur : PS5 Prix conseillé : 39,99€
Initialement sorti en 2019 sur PS4, Judgment se refait une beauté en 60 fps et ressort en remasterisé sur les séries Xbox et google stadia et bien sûr PS5. Le jeu inclue toutes les nouveautés et DLC sortis jusqu’alors.

L’histoire

Takayuki Yagami est un avocat en début de carrière. Il prend le parti de croire en l’innocence un jeune employé ayant eu un petit passé criminel. Accusé d’avoir tué un vieil homme, Shinpei Okubo clame son innocence. Après plusieurs batailles dans un procès très médiatisé, Yagami arrive à convaincre le jury, Okubo est libéré. Quelque temps après, terrible nouvelle, Okubo sort d’un appartement en flamme : il est arrêté pour avoir tué sa petite amie et avoir mis le feu à l’appartement pour couvrir les preuves. Yagami encensé jusque-là d’avoir gagné un procès perdu d’avance, est complètement dévasté et décide de mettre fin à sa carrière d’avocat. On le retrouve 3 ans plus tard, à la tête de son agence de détective privé accompagné de son acolyte Kaito, un ancien yakuza qui a fortement gardé ses réflexes passés.
Yagami reprend du service (entre deux recherches de chats perdus), pour des affaires de meurtres, il va vite s’apercevoir qu’il y a des similitudes entre ces morts, la première : les victimes sont des yakuzas. Jusqu’où iront les meurtres ? Yagami a-t-il vraiment tiré un trait sur son passé ? Pourquoi la musique des établissements racoleurs fait aussi mal à la tête ? Est-ce que retrouver des chats perdus ça paye bien ? Vous aurez la réponse à tout ceci en avançant dans l’histoire de Judgment !

Kamurocho

Si vous êtes habitué·e de la série des Yakuza du studio Ryu Ga Gotoku, vous ne serez pas dépaysé·e puisqu’on se retrouve à Kamurocho. Et pour autant, on prend plaisir à découvrir ou redécouvrir ce quartier de Tokyo réellement inspiré du Kabukicho, un quartier chaud chaud chaud de l’arrondissement de Shinjuku. Le quartier est à la fois petit est grand, on arrive très vite sur les différents points d’intérêt en mission, et à la fois courir dans tous les sens ça fatigue ! Si bien que j’ai pris quelques fois le taxi pour faire 300 mètres… pour ma défense : à ce moment-là j’avais les moyens, puis j’ai voulu acheter une montre pour faire un cadeau… plus jamais !
Kamurocho regorge de coins cachés et de PNJ en quête de vous raconter leur vie. Il y a pas mal de missions secondaires et vous vous lierez d’amitié avec certains personnages qui vous aideront à leur tour le moment venu.
Vous ne bouderez pas leur aide, car les combats vont être nombreux dans Judgment et c’est même un peu pénible…

Les combats

Forcément, qui dit Yakuza dit combat, et vous en aurez pour votre grade en vous baladant dans Kamurocho. Là où il était plutôt facile de laisser la main à l’ordinateur dans Yakuza: Like a Dragon, dans Judgment on doit tout le temps mettre la main à la patte. Et si vous me lisez souvent, vous savez combien je déteste les combats… Donc les 100% d’alerte petites frappes et grand chef de gang, ça m’a bien gonflé au bout d’un moment… Heureusement ! La version remasterisée propose dès le début du jeu des bonus de combat bien pratique. Enlever une barre complète de vie à un boss n’est pas de la triche, pas du tout c’est un sort de coup de pouce de boulette ! Et franchement j’en ai usé et abusé pendant les gros combats, mais ça a réellement redonné du fun pour ma part. Même si je savais que j’allais transpirer des doigts fasse à un méchant boss (et il y en a !), je savais que 2 ou 3 boulettes aux pouvoirs magiques me sauverai, et je vous conseille fortement d’en abuser si comme moi : les combats c’est la misère ! Parce que franchement, je suis plutôt altruiste comme Yagami : tout de suite à prêter main forte, rendre service (moyennant quelques centaines de milliers de yen, il faut bien payer le loyer…).

Le côté RPG se retrouve dans les points d’aptitudes qui vous permettront d’améliorer vos compétences au combats, ou de vous faciliter la vie dans les diverses actions du quotidien, comme le crochetage de serreure ou le relationnel avec les autres personnages. 3 grandes familles d’aptitudes, les générales, celles de combat et les spéciales. Même si au début le cumul de points semble difficile, il s’avère qu’on les gagne assez facilement, y compris dans les bons choix de dialogues qui encourage à faire juste du premier coup.

Les missions secondaires

Plutôt nombreuses, souvent marrantes et jamais inintéressantes, les missions secondaires en plus de vous faire rencontrer des pnj hauts en couleurs, vous permettrons de ramasser un petit pactole au cumul. Attention bien sûr à bien gérer vos finances, parce qu’avec les cadeaux, malheureusement ça part vite… Préférez donc les achats de première nécessité (c’est pas comme si ça ne nous était pas familier désormais…). Vous trouverez également au gré de vos allées et venues dans Kamurocho, des pnjs qui vous accosteront d’une manière ou d’une autre. Toutes ces missions vous permettront également de tisser des liens d’amitié en plusieurs étapes. Les amitiés débloqueront des paliers de renommée de Yagami dans la ville afin de débloquer de nouvelles missions au fil du jeu.
Les pnjs de ces missions secondaires, comme je le disais plus haut, seront bien utiles… SAUF ! vos potentielles petites amies.

Spoils et ralage

Les paragraphes qui suivent contiennent du spoil, vous serez prévenu·es.

Les copines faire-valoir

Oui je donne le ton direct, parce que franchement ça m’a fatigué. Première relation : une future chanteuse qui débarque de la campagne, qui bien sûr va pour être arnaquée par le premier escroc du coin, ouf heureusement que Yagami la sauve. Elle s’amourache, sauf que 15 ans de différence “Yagami-san, ça ne vous dérange pas la différence d’âge” noonn bien sûr que non… Malaiiiiiise ! La seconde est le personnage le plus intéressant, je trouve, et le reste c’est un peu du même ressort, la dernière relève un peu le niveau. Tout, absolument TOUT dans les dialogues est téléphoné à 20 000 km, aucune originalité, aucun intérêt en fait à part obtenir 4 amies de plus et avoir un trophée. Et franchement dommage, parce qu’il y aurait eu de quoi faire avec au moins 2 personnages sur les 4 à mettre au même niveau que Saori Shirosaki, ancienne collègue de Yagami, qui aura un rôle un peu plus important. Ajouter un background un peu plus profond aurait permis de garder des personnages plus intéressants, au pire de développer une relation plus approfondi avec une seule des 4, une fois les 4 rencontrées.
Dommage, on bascule vite fait dans du moémoé de bas étage à la japonaise. J’ai un peu d’espoir quant à la chronologie des sorties de jeu, Yakuza Like A dragon, sorti 1 an après Judgment, donne plus d’importance aux personnages féminins. j’espère que l’esprit suivra la même route dans le prochain Lost Judgment qui sortira en septembre de cette année.

Les 4 fantasques

Même si je suis très attachée aux différents personnages du jeu, je trouve fabuleux les 4 protagonistes que représentes Yagami, Katio, Sugiura et Higashi. Yagami est d’entrée de jeu associé à son pote de yakuza Kaito. S’ensuit Sugiura et enfin Higashi rejoint la bande. Kaito et Higashi se sont des mecs ok, mais Sugiura aurait très bien pu être une fille. Cela n’aurait rien changé à l’histoire et ça aurait permis d’implémenter une fille à ce groupe de mec qui fait étrangement penser à FFXV par la même occasion. Inclure une fille aurait permis au jeu de ne pas reléguer le personnage féminin à un simple faire valoir pour créé un peu de relation légère d’adolescent avec Yagami et de donner plus de poids et de force à un personnage féminin qui aurait été autre chose qu’une simple potiche. Il y a malheureusement peu de place faîte à la femme et elle est complètement ridiculisée dans les mimiques et la voix, insupportable. Dommage. J’espère qu’une héroïne viendra titiller le groupe des 4, pour y faire sa propre place.

JUDGMENT – enquêtes et preuves

Judgment réserve beaucoup de place à l’action et aux combats, mais il y a aussi tout un gameplay autour de la recherche d’indices, des filatures, de la présentation des preuves et un choix de dialogues. Même si ce dernier est peu développé. En effet vous aurez peu de chance de vous tromper. De même que si vous choisissez de présenter une mauvaise preuve, le personnage en face vous fera comprendre que ce que vous dîtes n’est pas correct et le même choix de dialogue ou le menu preuve se ré-ouvriront pour que vous puissiez refaire un choix. Pas de conséquences direct donc, j’aurai aimé un peu plus de difficulté dans cette partie là.
De façon générale avoir des points de qualité de détective, et obtenir un bonus ou un malus selon si les réponses sont tout de suite juste ou si elles sont fausses et qu’il faudra recommencer.

Dommage donc que le système ne soit pas plus poussé, il y a beaucoup de détails entre le récapitulatif des dossiers, les cinématiques et les récap de début de chapitre. Il aurait été sympa d’avoir un peu plus de pièces d’indices et de devoir fouiller et s’en servir pour ensuite émettre des hypothèses et exposer les preuves. On retrouve se système deux fois mais pas assez lors des grosses confrontations.

De même à la façon de L.A Noire, j’aurai aimé une façon plus poussé d’observer les personnages, pouvoir détecter si le sujet ment ou pas. Yagami se fait des réflexion parfois, ses pensées nous sont directement soumises, donc nous n’avons pas d’interaction avec ça. C’est dommage, même en plein dialogue, il aurait sympa de pouvoir tirer des déduction avec les échanges précédents ou la conversation en cours.
J’espère donc à nouveau que le prochain opus, Lost Judgment verra quelques améliorations. Ceci dit, seulement 2 ans s’écoulent entre le premier jeu et le second, je ne pense pas que ce soit assez pour intégrer d’autre forme de gameplay plus poussés.

JUDGMENT – au coeur de l’enquête


Morandini peu aller se rhabiller, Yagami est là ! Judgment est un excellent jeu avec quelques défauts et quelques améliorations à apporter pour pousser le gameplay. Il est caractéristique du fun proposé par le studio de la série des yakuza. On y retrouve le même humour, le même fun et le même système de combats. Les mini-jeux sont très présents, la course de drones est un régal. Les activités annexes sont très plaisante, le batting center est une vraie réussite. J’aurai aimé un accès au karaoké, seulement proposé par Sleeping Dogs jusque là.
Pour plus d’une cinquantaine d’heures de jeu, vous ferez l’histoire complète et beaucoup de missions annexes et autre vagabondage. Pour 52 heures de jeu je ne suis arrivé qu’à 40% du jeu entier. Il me reste donc quelques heures avant de remplir complètement mon rôle à Kamurocho !
L’histoire a beaucoup de rebondissements et on est amené à découvrir les indices petit à petit mais sûrement, tout le puzzle se construit de façon très intelligente. Les personnages sont tous très attachants et ne penchent pas vraiment dans la caricature. Ou alors je me suis faite aux codes japonais de la création de personnages. Ceci dit c’est une excellente histoire à suivre et à découvrir. Vraiment hâte de voir la suite !

Judgment est un excellent jeu avec quelques défauts. pour une bonne cinquantaine d'heures de jeu juste sur l'histoire principal ce la vous fera connaître une histoire émouvante aux côtés de personnages charismatiques
Graphismes
10
Musiques / ambiance sonore
7.5
Histoire
9
Humour
9
Les missions de détective
10
Note des lecteurs0 Note
0
Les +
Graphismes
Une histoire palpitante
Un bon humour
Le côté enquête
Les -
Musiques répétitives
Peu de place pour les personnages féminins
9.1