Foreclosed-first
Foreclosed-first

[TEST] FORECLOSED la dynamique comics implantée

Temps de lecture estimé 4 minutes

Alors qu’en 2021 on se soucie d’une puce injectée, dans le monde cyberpunk d’Evan Kapnos, si vous n’avez plus vos implants vous n’existez tout simplement plus. Et c’est ce qui lui arrive, vous devez l’aider à s’échapper de ce bourbier et découvrir ce qu’il s’est passé.

Jeu : FORECLOSEDGenre :Genre : Action-aventure / narratif Studio : Antab Studio Editeur : Merge Games Date de sortie : 12 août 2021 Plateformes : Steam, PS4, PS5, XB1, XBX/S, Switch PEGI 16 Testé sur : PS5 Prix conseillé : 24,99€

Foreclosed encore un matin, un matin pour rien
Foreclosed encore un matin, un matin pour rien

L’histoire d’Evan Kapnos tourne autour d’une histoire d’implant. Indispensable si ce n’est vital à l’époque ou se déroule le jeu, si une personne est dépossédée de ses implants, elle n’existe tout simplement plus aux yeux de l’état. C’est pourquoi Evan Kapnos est convoqué au tribunal et que c’est là où tout commence.

Evan Kapnos n’est pas totalement dépossédé de ses implants, ils sont en revanche désactivés. Vous allez bien vite pouvoir tout de même vous en servir après quelques missions et vous aurez même tout le loisir d’en abuser. Vous passerez à des phases réelles puis à des phases virtuelles parfois, qui rappellent quelque peu le dernier titre de CD PROJEKT RED qui a tant fait parler. En revanche rien de redondant ou de trop abusif, Foreclosed est très court pour se lasser de quoi que ce soit.

Il n’y a pas de mode de difficulté, vous passez rapidement de combats très nerveux et presque pénibles à une quasi-ballade en choisissant les bonnes capacités. Sur une durée de vie très courte le jeu se débloque assez rapidement et peut-être que c’est tant mieux, pour ne pas subir une impression de redondance.


À chaque combat, vous engrangez de l’XP, à chaque transmetteurs et cachettes trouvées aussi. L’XP grimpe très vite, et vous allez vite débloque les 3 premières capacités de réactivation des implants de bases. Par la suite d’autres capacités vous seront proposées, bien sûr elles sont limitées, il faut faire un choix. Vous pouvez utiliser des capacités d’aides au combat, pour attaquer plus rapidement ou temporiser le combat. Vous aurez aussi la possibilité d’installer des capacités à votre pistolet, les balles perforantes contre les boucliers sont d’une utilité absolue croyez-moi ! J’ai passé un sale quart-d’heure à me battre comme je le pouvais sur un niveau, alors que j’avais déjà sûrement des capacités à acheter. J’ai tout fait à l’ancienne, sans implants ma bonne dame, et même si j’ai bien galéré je n’en ressors pas peu fière. D’ailleurs, ça aurait pu être amusant d’avoir un trophée finir le jeu sans utiliser des capacités complémentaires d’implant, dans le genre sadique.

Les implants simplifient donc complètement le combat, en revanche, même en utilisant la capacité de refroidissement des implants, ils sont en surchauffe constante ! Les pouvoirs plus les capacités activés du pistolet peuvent faire surchauffer la puce initiale qui vous met en totale vulnérabilité pendant quelques secondes, votre personnage ne bouge plus et il est exposé à la vue de tous et donc aussi aux balles. Il faut donc faire bien attention avec le pistolet, car c’est surtout en tirant des balles sur les ennemis que vous pouvez finir par vous en tirer une dans le pied… Heureusement qu’il est possible d’une simple pression du stick d’activer ou non les capacités du pistolet. Mais honnêtement dans le jeu, j’ai préféré temporiser le temps que la surcharge se calme…En tout cas, c’est ce qui m’est venu le plus naturellement : me mettre à couvert et temporiser.


Comix Zone

Seeeeeeeeeeeeegggaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Forcement si on m’appâte avec du jeu narratif au style graphique de comics, je pense tout de suite à Comix Zone qui est sorti pour la première fois en 1995 sur Megadrive, il a depuis était adapté sur WII en 2007 et xbox et Playstation 3 en 2009. C’est un des titres qui a marqué mon enfance, un jeu vidéo dans lequel on déplaçait le personnage de case en case, c’était incroyable. Foreclosed n’a pas cette patte lourde du comics d’antan. Il est au contraire très épuré avec des couleurs très actuelles en design. Même si je m’attendais à un style graphique plus poussé à l’image de l’écran titre ou de la jaquette du jeu je dois dire que le job est fait.
D’abord j’aimerai noter un style de rendu sur certains personnages, comme la phase du spécialiste qui à des polygones dorés qui bougent sur le visage. J’ai trouvé ça très étranges. Et je ne suis pas réellement fan. En revanche là où Foreclosed excelle sans aucun doute, c’est dans l’animation des cases qui est incroyablement dynamique et le déplacement du personnage. Les angles de vues peuvent être très recherchés pour vous faire comprendre tout simplement dans les codes BD que le personnage est observé à son insu au travers d’une caméra par exemple, ou alors que l’action est si intense que l’objet et le sujet de l’action sont tout deux amenés de façons très dynamiques.
On prend très tôt une claque visuelle avec cet effet-là, et c’est pour moi ce qui est le plus réussi dans le jeu. Les onomatopées sont là pour accentuer le côté BD mais elles ne sont clairement pas assez présente. Il faut savoir jongler pour ne pas aller dans l’excès, mais là, elles sont carrément oubliées alors qu’elles font quand-même partie intégrante du style BD.

En conclusion

Moins de 6 heures de jeu pour en venir à bout, une histoire bizarrement ficelée et quelques erreurs de caméra font que FORECLOSED n’est clairement pas le jeu indé de l’année. Néanmoins, il reste sympathique à petit prix pour découvrir le travail de Antab Studio qui j’espère n’est que le début pour quelques choses de plus poussé avec des idées qui iront jusqu’au bout.

Vous pouvez aussi découvrir le jeu à travers mon Let’s play sur youtube

Graphismes
8
Musiques / sons
7.5
Histoire
7.5
Gameplay
7.5
Note des lecteurs0 Note
0
Les +
Animation des scènes
Graphismes style comic, il me fait penser à celui dde Sable qui n'est pas encore sorti mais en moins poussé
Avec le recul le gameplay est plutôt bien, il faut s'adapter aux possibilités mais pas du tout expliqué
Les petits bruitages qui accompagnent les onomatopées à l'écran
Les -
Musiques de combats répétitives
Gameplay mal expliqué, je suis passée à côté de certaines fonctionnalités, que j'ai réellement découvert en rejouant certains chapitres
La caméra qui fait un mini effet de zoom à chaque tir
7.6