[TEST] Days Gone la vérité non zombifiée
Days Gone est un bon jeu dans l'ensemble malgré des défauts. Il fait le job un jeu vidéo c'est un jeu et c'est un bon terrain de jeu pour casser du zombie.
Graphisme / musique9
Histoire / ambiance9
Ralentissements / scènes coupées4.5
Nouveautés zombiesques8
Gameplay simple à prendre en main8
7.7La note sur 10
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Temps de lecture estimé 8 minutes

Pas assez d’une histoire en plein no man’s land, il s’en est pris des coups Days Gone ! Entre sublime et nul que vaut vraiment le jeu ? je vous livre ici mon point de vue le plus objectif possible, parole de bikeuse !

Jeu : Days Gone Genre : Aventure, RPG, Zombieland Studio :SIE Bend Studio Éditeur : Sony Interactive Entertainment Date de sortie : 26 avril 2019 Plateformes : Playstation 4

Days Gone entre les cowboys et les survivants

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, tout au long de mon périple sur Days Gone, j’ai pu savourer, comparer, pester et m’émerveiller. Days Gone est un joli concentré des choses qui marchent dans les autres jeux. J’ai l’impression d’avoir déjà dit ça et pour cause, Days Gone m’a vraiment fait penser à Red Dead Redemption 2.

Alors oui on est des bikers on n’est pas des cowboys !
Beh si en fait.

Chevauchant la monture mécanique, j’ai parcouru des plaines, des montagnes, des routes massacrées (en me cassant moins la gueule qu’à cheval). Plus précisément on est des drifters et quand on ne se plante pas dans un coin de camion renversé, c’est vachement la classe…

Nos personnages sont des Drifters donc, des bikers qui font des dérapages avec leur moto et c’est plutôt sympa à maîtriser. Vous allez pouvoir augmenter la vitesse et même mettre de la nitro, on est en galère d’essence mais on a le sens de l’honneur chez les drifters.

Un peu de peinture sur la bécane et on est parti pour se la péter comme dans GTA et renverser du zombie !

Les protagonistes principaux viennent du fin fond des states et leur nom en témoigne, Deacon et son frère Boozer… Un peu bouseux comme noms… Heureusement que Sarah vient relever le niveau.

Vous incarnez Deacon et vous allez vivre votre périple accompagné des souvenirs de votre histoire d’amour avec Sarah.

Sur une map infestée de zombies et même de hordes de zombies, vous allez jongler entre les humains et leur arrogance et les mutants.

Chose innovante, il y a des scénarios dans le scénario. Les missions font parties de bribes d’histoires avec certains personnages ou certains types de missions particulières. C’est très intéressant comme façon de progresser, et on se prend vite au jeu de tout remplir à 100 %.

Moto lancé à pleine vitesse, Deacon découvre une nouvelle zone

Moto lancé à pleine vitesse, Deacon découvre une nouvelle zone

Days Gone vraiment moche ?

J’ai parlé des cowboys pour faire allusion à Red Dead Redemption et je vais m’y attarder un peu plus. J’ai lu çà et là que Days Gone est moche. Je ne comprends pas du tout cette réflexion.

Days Gone est du même niveau que Red Dead Redemption2. Que ce soit au niveau des personnages, des décors, il y a autant de belles choses que de défaut dans les deux.

La chose qui surpasse de loin Days Gone est la maîtrise du temps, orage, pluie, vent, neige, etc dans RDR2. Sinon non, il n’est pas plus moche.

Il n’y a pas beaucoup de diversité dans les zombies, les paternes sont reconnaissables à 2 km, sinon au niveau des PNJs je les trouve plutôt bien foutu. Et même chez les ennemis, (à part les Rippers) je n’en ai pas vu de semblable.

Les décors sont bien pensés, bien agencés, il est agréable de rouler à moto. Là où dans RDR je reconnaissais quelques chemins même dans la pampa, dans Days Gone je n’ai pas eu le temps de me familiariser avec les lieux, à part près des camps. Le GPS était indispensable pour moi.

Et pourtant le jeu est assez long et il y a énormément de choses à faire.

La map est bien foutue, les zones sont diversifiées, vous allez avoir droit à des paysages montagneux, enneigés, de la belle verdure ou du mini-canyon désertique.

Quelques zones ravagées comme les villages ou petites villes où vous pouvez rentrer dans pratiquement tous les bâtiments. Ici aussi j’ai trouvé les décors justes : les zones infectées sont directement repérables avec leur bois assemblés pour faire des nids.

Ce n’est pas aussi immense que dans un jeu de Rockstar mais tant mieux. Le jeu nous fait balader d’un point à un autre, souvent à l’autre bout de la map.

Certes ça peut être vite saoulant mais ça a l’avantage de ne pas connaître par cœur une zone et s’en lasser pour l’avoir parcourue en long et en large.

Deacon menace un scientifique avec une arme

Deacon menace un scientifique avec une arme

Days Gone pas optimisé

Malheureusement, le jeu n’est pas beaucoup optimisé et il y a beaucoup de temps de chargement entre chaque séquence. Lors d’une sortie ou entrée de zone, parfois juste pour traverser un tunnel, c’est assez fatiguant.

Je crois bien que je n’en avais pas vu autant depuis Assassin’s Creed Unity. Les temps d’attente sont assez long donc. C’est un monde ouvert et il y a beaucoup de choses à faire, mais pour le coup, d’autres jeux s’en sont beaucoup mieux sorti. Et on le sait tous, un gamer qui attend et un gamer qui rage…

Lors de la découverte de la seconde partie de la map, j’ai découvert aussi de gros ralentissements sur les déplacements à moto. De gros lags sur quelques secondes, parfois à la limite du freeze.

Heureusement ce n’est survenu que moins de 10 fois sur toute la seconde partie. Mais on en mène quand même pas large. Sur ma PS4 FAT, je n’ai eu qu’un seul plantage de jeu sur toute la durée de la partie. J’ai connu pire sur des jeux indés en termes de crash.

La chose qui m’a le plus choqué dans Days Gone c’est les cinématiques coupées. Ce ne sont que des séquences de scènes importantes. Il n’y a pas de vraie mise en scène, de fil conducteur entre les séquences importantes. Je crois que c’est vraiment la première fois que je vois ça dans un jeu vidéo.

On a même presque l’impression de scènes de flashback sur des moments importants. Vraiment dommage que cela n’est pas été plus travaillé.

Le truc qui m’a fait criser c’est l’affichage de la progression du scénario, qui vient se jeter sur ta gueule en mettant le jeu en pause (heureusement), alors que tu es toujours en train de défourailler du zombie pour les nids par exemple. Ça c’est vraiment la merde…

Heureusement le gameplay est un atout principal pour le jeu, facile à prendre en main à pied ou a moto, les mouvements sont simples et facile à executer, la roulade sera votre meilleure amie pour échapper aux baffes des zombies.

Les armes sont diversifiées et faciles à prendre en main, les déplacements sont bien réalisés et même à l’arbalète vous serez un danger pour les ennemis.

Encore un bémole pour le tir à moto, en conduisant impossible de tirer où l’on veut, il n’est possible de tirer que sur les ennemis. Domme du coup lorsqu’on passe près d’un bidon explosif à moto et qu’une horde de zombie vous poursuit…

Deacon est poursuivi par des zombies

Deacon est poursuivi par des zombies

Du zombie en veux-tu en voilà

Les zombies on en a vu, on en a bouffé, ils nous ont bouffé aussi, mais je dois dire que dans Days Gone il y a quelques nouveautés au niveau des animaux zombifiés.

Vous me direz si je me trompe, mais les oiseaux zombies, je n’avais pas vu avant. On comprend que les zones ou les oiseaux se regroupent en masse, et volent d’un air menaçant, dévoilent des zones infestées.

Sauf que, arrivé à un certain stade du jeu les oiseaux nous attaquent ! Ce sont aussi des zombies, et ils sont pas mignons du tout ! Il est possible de les tuer un à un, mais il sera beaucoup plus efficace de les brûler dans leur nid.

L’ours zombie aussi, je peux vous dire que j’en ai mené pas large du tout ! Y en avait pas assez des loups zombies, non on nous fout des ours et c’est pas une petite grenade qui va l’arrêter…

Il faudra y aller de son arsenal, prendre des ressources et crafter très souvent pour venir à bout de toutes cette faune.

Une horde de zombie au calme

Une horde de zombie au calme

Les hordes

Days Gone s’est beaucoup fait critiquer pour ça aussi : le fait que le jeu ne soit pas totalement concentré sur les hordes et qu’on n’en voit pas plus tôt dans le jeu.

Le fait est que si dès les premières heures de jeu une horde de 300 zombies me tombe dessus alors que j’ai quoi, un pistolet pour me défendre ? 1-2 grenades et un fusil ramassé sur un cadavre. Franchement je n’aurai pas continué le jeu.

Comment tu veux te battre à poil ?

Le jeu est un apprentissage de survie, tu as du matos à récupérer, des compétences à acquérir, différentes sortes de zombies à combattre. Tu en croises un, deux, puis des petits groupes de 5-6, puis des minis hordes de 20-50 zombies, pour arriver à 100 et 300.

Ça va, moi j’en cherche pas plus des zombies.

Je trouve que tout est très bien agencé dans le déroulement de l’histoire et des différents scénarios.

Parce que oui, les zombies dans Days Gone, c’est franchement pas de la gniogniotte.

Moi qui ne suis pas adepte de la chose, je peux vous dire que j’en menais pas large du tout avec les zombies de la grange. Les zombies du premier trailer que nous avons vu il y a 2 ans à l’E3. J’ai dézingué la horde en deux fois.

Heureusement pour moi qu’ils n’ont pas traversé la rivière, j’étais vraiment en mauvaise posture niveau santé et niveau matos encore pire, j’avais tout balancé et il me resté encore un bon tiers.

Les zombies passés une certaines zone géographique retournent au chaud dans leur nid. ça permet du coup de faire un tour des maisons pour se rééquiper en matos. Ouf !

Nouvelle stratégie mise en place pour attirerla masse des derniers dans des pièges et le reste se fera décimer par les flingues et grenades.

La stratégie est le plus important dans Days Gone, ne pas se faire repérer, étudier, plannifier, agir et si ça foire pas, c’est top.

En balade avec une pote de Lost Lake

En balade avec une pote de Lost Lake

Days Gone, l’égalité ou crève

Dans Days Gone, l’humanité s’est pris un gros revers de zombie. L’humain à complètement déraillé pour certains, on retrouve des clans qui ont leur propre raison d’exister (weuh, les rippers on en parle ?), des communautés qui se forment.

Et enfin !
enfin les êtres humains qui sont à peu près resté sencés face à tout ce bordel se sont dit, il faut l’aide de tout le monde !

Ainsi encore plus prononcé que dans The Last of US, les femmes ont leur places et participent plus qu’énergiquement à la reconstruction de la communauté.

Et toutes les minorités en plus sont représentées. Même un auto-proclamé repésentant de dieu accepte les gays, incroyable !

L’homosexualité féminine est en plus bien représentée puisque c’est deux personnages secondaires importants qui sont mis en avant. C’est encore assez rare pour le souligner. Bien sûr les seules personnes qui ne sont pas acceptées ont choisi leur propre voie (les rippers ??).

Il y a beaucoup de moment calme dans Days Gone où l’être humain est mis en avant pour son humanité justement. Des querelles, des sautes d’humeur, des accrochages de caractères, tout ceci fait partie de la vie en communauté mais tout le monde s’en accomode et arriver à s’arranger.

Il y a des personnages qui ont leur propres rôles dans tout ça, mais aussi des PNJs qui offrent des moments calmes, de recentrage. J’adore les PNJs qui chantent et jouent d’un instrument, ça permet des moments de pauses dans le jeu.

Parfois la musique fait partie intégrale du jeu comme dans Life is Strange mais parfois elle arrive de façon surprenant comme dans Metro Last Light.

Ici dans le camp de Lost Lake, vous découvrirez régulièrement un musicien et sa guitare qui pour moi ont été de vrais moments d’oxygène dans le jeu. Ce sont aussi ces petits détails qui donnent de l’importance aux jeux.

En conclusion
Il y a encore tellement à dire sur Days Gone et ces 40 à 50heures de jeu, c’est une vraie aventure. On s’attache vite aux personnages principaux comme secondaires, et Deacon je trouve, à vraiment du charisme contrairement aux autres personnages de jeux récemment sortis.

Les balades à moto sont un régal, le fait de surveiller la jauge d’essence et l’état de la moto ramènent à la réalité. Les dialogues entre les personnages sont bien foutu, les communications par radio sont pas mal faîte. Il y a énormément de choses à faire sur Days Gone, en missions principales comme en missions secondaires et les scénarios sont booster d’actions à réaliser.

Certes il y a des défauts mais le studio travaille toujours sur son jeu et le met à jour régulièrement. Il faudra en revanche de la place sur la console pour ces mises à jour.

Et je ne serai pas surprise d’une arrivée d’un Days Gone 2, peut-être pas sur la PS4 du coup mais sur la prochaine console de sony.

Il y a encore pas mal de choses à venir sur le jeu. Pour moins de 55€ ça vaut le coup de passer un été au frais près des zombies sur Days Gone