Shape of the World - le monde grandit autour de vous
Originalité10
Décors10
Musique10
Rejouabilité5
Temps de jeu8
8.6La note finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
9.8

Il y a quelques temps j’ai eu l’honneur de recevoir le jeu Shape Of The World. Aujourd’hui je le teste enfin et c’est une merveilleuse surprise qui en résulte.
Shape of the World n’est pas un jeu, mais une expérience.

C’est un voyage de son et de couleurs qui vous tient en haleine pendant une heure. Le jeu est intuitif tout en laissant une grande part d’exploration dans tous les niveaux. Des formes, du son, des couleurs laissez parlez vos sens avec Shape of the World.

Jeu : Shape of the WorldGenre : Exploration à la première personne Studio : Hollow Tree Games Editeur : Plug In DigitalDate de sortie : 5 juin 2018 Plateformes : Playstation 4, Xbox One, PC

Shape of the World ou la nature psychédélique


Thierry Hazard avait sa poupée psychédélique, nous nous avons enfin notre jeu aux couleurs explosives. Pendant une heure vous voyagerez à travers un paysage de montagne, au début triste et sans vie c’est votre passage et vos actions qui redonneront vie à cette flore et faune qui n’attend que vous pour exprimer sa beauté.

Shape of the World, un jeu d’exploration à la première personne dont les décors se découvrent au fur et à mesure. Une musique d’ambiance incroyable, des couleurs explosives, un vrai régal. On découvre au fil du jeu un écosystème coloré et psychédélique possédant une flore et faune abondantes. Les paysages changent de couleurs à chaque passage de portail ce qui donne une impression de redécouverte du jeu constante. Ici pas de redondance et de toute façon en une heure pas le temps de s’ennuyer.

Shape of the World – le digne successeur de Journey ?


Lorsque j’ai commencé le jeu j’ai tout de suite pensé à Journey, une musique qui vous transporte, au départ on ne sait pas où aller mais finalement le jeu devient rapidement intuitif. J’ai aussi pensé à Abzû, le second jeu du même studio surtout avec les créatures qui vous suivent. Ce second opus souffrait d’un manque d’originalité quand aux mécaniques de jeu pour traverser les différents tableaux, de même au niveau de l’histoire, on ne sait pas vraiment qui l’on est ni même ce que l’on doit faire. Ici Shape of the World est pour moi une réponse à ce qu’aurait du être le second jeu du studio qui à fait Journey, on y retrouve une sensibilité particulière, une logique dans les choix de gameplay, des mécaniques intelligentes et toute la poésie et la douceur sans basculer dans le gnagnan que l’on aurait pu espérer dans Abzû.

Dans Shape of the World l’une des plus-value est les mécaniques de jeu, qui ne sont pas toujours les mêmes et il y a même un peu de difficulté en progressant dans le jeu.

Rien n’est laissé au hasard, rien ne fait que l’on s’ennui. Tout est maîtrisé dans un art autant visuel qu’auditif, et les deux sens se marient très bien pour laisser place à un totale liberté, certes contrôlée car il faut bien avancer mais, ici on en se sent pas oppressé, on avance, on ne sait pas où on va mais on sait que c’est par là. C’est comme si nous étions en communication avec la nature et c’est d’ailleurs le but du jeu, redonner vie à la nature.

Le jeu est court, une heure est vite passée, mais je pense que c’est le temps suffisant pour ne pas basculer dans une redondance inutile. Pourquoi enchaîner des niveaux si c’est pour refaire les mêmes actions voir les mêmes décors ? Ici c’est juste ce qu’il faut, nous sommes à 80% d’avoir rempli notre appétit, nous sommes presque repu mais on a encore un tout petit peu faim pour ne pas passer dans la phase écœurement.

Les développeurs ont su apporter toutes les touches qu’il faut pour faire un jeu agréable, en faire un voyage de détente, parfait après une bonne journée de stress.

Pour finir la comparaison avec Journey, il manque l’interaction avec un autre joueur. Il aurait amusant de pouvoir se balader dans un décors qui prend vie au contact de notre passage avec une autre personne qui aurait pu perturber, ou bien accélérer nos actions pour avancer plus vite. Peut-être un Shape of the World coop ?

Shape of the World – une mécanique de jeu intelligente


Pour traverser les différents tableaux il faudra tout d’abord s’habituer à quelques actions, récupérer des graines, les planter ou bien couper des arbres, cela ne sert que d’interaction avec les différents éléments du jeu, statiques ou vivant. Tandis que jeter les graines, fera changer certains être vivant de couleur et fera pousser des arbres, couper les arbres vous permettra d’avancer plus vite. Ici l’impression de lenteur que l’on peu ressentir dans les jeux d’exploration est complément mise de côté par cet élément de gameplay amené intelligemment.

Pour débloquer les tableaux il vous faut passer à travers une forme triangulaire qui vous amène dans un autre monde aux couleurs complètement différentes. La difficulté est bien mesurée et même si certains tableaux sont assez grands avec plusieurs niveaux, il est plutôt simple de s’y retrouver en fouillant tout de même un peu. La difficulté va crescendo mais rien d’insurmontable. Ici le but du jeu reste un voyage visuel et auditif, un moment de détente. Les actions sont là pour nous rappeler que nous sommes l’élément déclencheur de la progression du jeu, rien ne se fait seul, nous sommes l’action qui fait évoluer le jeu et fait apparaître les autres éléments du décors.

Shape of the World – L’historique du jeu


C’est en 2014 que débute la création du jeu par Stu Maxwell, artiste VFX Senior qui a auparavant travaillé sur Gears of War 4. Il est rapidement rejoint par Athomas Goldberg, avec 20 ans d’expérience dans l’infographie il se spécialise dans la technoologie de l’animation procédurale. Il est également rejoint par Brent Silk qui compose la musique et les effets sonores du jeu. En 2015, Stu Maxwell créé Hollow Tree Games et l’équipe s’agrandit, le jeu est kickstarté.

En 2017, le studio s’associe avec Plug In Digital et Seaven Studios pour terminer le jeu et le porter sur Playstation 4, Xbox One et Steam.

En conclusion


La faune et la flore grandissent autour de vous, vous êtes l’élément déclencheur de décors qui évoluent et qui bougent selon vos actions. Plus qu’un simulateur de marche, glissez, volez ou nagez à travers des décors haut en couleurs soutenus et rythmés par une musique qui évolue elle aussi selon vos actions. Vous ne bougez pas la musique s’apaise au fur et à mesure, dès que vous reprenez l’action, elle s’élève et redevient dynamique pour suivre vos mouvements. Alors oui une heure c’est court, mais c’est le ni plus ni moins qui fait mouche.
Si vous souhaitez un jeu frais pour l’été c’est celui-ci qu’il vous faut. L’offre la moins chère ci-dessous

En bonus l’OST aussi disponible sur steam.

A propos de l'auteur

Fondatrice

Musclée des doigts depuis 1984, le jeu vidéo a toujours été une passion. infoGraphiste de profession, je me suis lancée dans l'aventure du blog pour que mon métier se lie avec cette passion du jeu vidéo.

Articles similaires