Le masque de Réalité Virtuelle Freefly m’a gracieusement été prêté par Cadeau-Maestro.com pour un test d’une semaine.
Grâce à Cadeau-Maestro j’ai pu enfin faire mon entrée dans la réalité virtuelle !

Installation du téléphone dans le masque Freefly

J’ai testé le masque de Réalité Virtuelle Freefly avec mon Nexus 5. La prise en main est plutôt simple, on est facilement guidé par le livret et l’application officielle Freefly à l’écran une fois celle-ci téléchargée.
Il suffit de bien positionner son téléphone. Bien calé, pour qu’il ne bouge pas il y a des supports en mousse très bien conçus prévus à cet effet, pas de risque de rayure pour le téléphone !

Applications testées :

Carboard, Tokyo VR, Vrse, Roller Coaster Carboard VR, Arte360 VR, InCell VR, Golf VR, Lamper VR, VR Bike

Mon ressenti virtuel

En lisant le manuel, j’ai trouvé bizarre qu’il soit conseillé de faire une pause toutes les 5 minutes. Et en testant le masque j’ai compris ! En fait si vous tenez 5 min d’affilées c’est bien. J’ai du enlever le masque après 20 secondes de jeu. Bon il faut dire que j’ai commencé par VR Bike où vous pilotez une moto sur une distance pré-définie, devez slalomer dans la circulation  éviter les voitures en penchant la tête, vu que c’est votre tête qui créé le mouvement. Ce n’était pas forcément une bonne idée de commencer par celle-ci : j’ai eu rapidement la nausée et une barre au dessus des yeux.

La sensation est vite passée heureusement, et finalement ce n’est pas sur les jeux que je me suis le plus attardée mais sur les vidéos.
Une ascension du mont blanc, un enregistrement d’un morceau dans un studio de musique, la visite d’une ville, un court métrage d’animation. Debout ou assise j’ai très vite eu l’impression de faire partie de la vidéo et d’être une spectatrice privilégiée in situ.
Comme dans un jeu bac à sable, on nous propose un décors et on regarde où l’on veut (à défaut d’aller où l’on veut). Dans un film, telle scène est filmée de telle façon, cadrée, choisie selon un angle. Là “vous êtes” metteur en scène /réalisateur. Vous souhaitez regarder un personnage, observer la vue plutôt que de regarder la personne qui parle, ou bien encore suivre les mouvements réactions d’un personnages plutôt qu’un autre, c’est possible.
Vous êtes maître de ce que vous observez.

De ce côté c’est une sensation plutôt agréable, on a un contrôle en plus sur ce que l’on veut voir.
En revanche je me suis rendu compte que je ne faisais pas de mouvements naturels pour observer autour de moi.
J’avais tendance à tourner la tête beaucoup trop rapidement, comme si j’allais rater une scène importante. Alors que dans la vie on tourne la tête assez lentement pour observer ce qui nous entoure, avec le masque j’avais tendance à faire des mouvements beaucoup trop rapide ce qui provoque assez facilement la nausée ou un mal de tête.

Cela vient aussi de la technologie en elle-même puisque là où un masque haut de gamme gérera les mouvements de rotation et accompagnera les mouvements de la tête pour une sensation plus fluide; les applications sur téléphone ne pourront pas gérer ce mouvement là et feront que lorsque votre tête bouge la ligne d’horizon du paysage reste la même. La sensation provoquée par ce mouvement non naturel est donc dérangeant. Il faut en prendre l’habitude.

Mon ressenti matériel

Le masque Freefly est designé par Proteus VR Labs, une société Londonienne spécialisée dans le VR. Le masque est très confortable et léger. Des protections en mousse pour le téléphone et pour le visage, assez épaisses pour ne pas sentir la pression du masque sur le visage. Egalement les lanières assez large pour que la tête ne soit pas non plus compressée.
En revanche le téléphone chauffe assez vite avec les applications, la sensation de chaleur se faire ressentir et il y a facilement de la buée qui se forme sur les lentilles. Le chiffon est là pour y remédier.
Le masque de Réalité Virtuelle Freefly semble de bonne qualité à l’usage et sur le long terme. Avec un rapport qualité / prix excellent, c’est un bon début pour expérimenter la réalité virtuelle.

En conclusion

L’expérience a été très intéressante, et je me suis assez amusée. Il faut quand même s’habituer à cette nouvelle façon de découvrir le virtuelle. Au début il faut y aller petit à petit, tant les mouvements et le ressenti que nous avons ne sont pas naturels. Puis le corps s’habitue et là on peu passer plus de temps à découvrir des choses très intéressantes.
La réalité virtuelle peut nous amener loin, comme si on y était (avec tout de même les limites de la caméra, on ne peut pas se déplacer dans la vidéo). Mais l’expérience peut s’ouvrir à tous, y compris ceux pour qui les jeux vidéos n’ont aucun intérêt.
En terme de jeu j’attends de voir mieux, mais pour assister à des concerts, des reportages, des films d’animations, etc cela peut-être très intéressant.
À l’avenir je pense que nous aurons pas mal d’applications, de propositions d’expériences plus poussées en profondeur et plus diversifiées. Ceci dit pour 75 €, l’expérience est facilement à la portée de tous et un cadeau comme le masque Freefly fera toujours plaisir.

Pour découvrir tous les détails techniques du masque de Réalité Virtuelle Freefly c’est sur  Cadeau-Maestro.com que ça se passe !

3 personnes ont aimé l'article

A propos de l'auteur

Fondatrice
Google+

Musclée des doigts depuis 1984, le jeu vidéo a toujours été une passion. infoGraphiste de profession, je me suis lancée dans l’aventure du blog pour que mon métier se lie avec cette passion du jeu vidéo.

Articles similaires