Oui je sais je suis en retard, ce jeu est sorti le 9 novembre 2013, c’était un des premiers jeux à sortir en même temps que la PS4 d’ailleurs. Et comme je ne l’ai pas acheté à sa sortie forcément entre temps il y a eu d’autres jeux. Le jeu m’a été gracieusement prêté, je me suis donc lancée dans l’aventure. J’avais juste joué à Killzone3 sur PS3, que je n’avais pas pu finir vu que le jeu était buggué après une cinématique vers la fin… Donc je ne connais pas du tout la license, et je ne suis pas très fan de ce genre de jeu habituellement, j’y joue pour me défouler parfois, mais je ne dépense pas d’argent dedans. Et puis sur ce KillZone Shadowfall, je dois avouer que je me suis plutôt amusée !
Killzone Shadowfall, 
est développé par Guerilla Games un studio Néerlandais, racheté par Sony en 2005. FPS de la série Killzone, l’histoire est solo avec un multi jusqu’à 24 joueurs.

KillZone Shadowfall – ici c’est chez moi

Lucas Kellan devient un Shadow Marshall, recueilli par un soldat  après la mort de son père alors qu’ils tentaient de revenir du côté vectan. Vecta est partagée en 2 territoires, Vectan et Helgan par un mur géant. En tant que Shadow Marshall, Kellan va devoir accomplir plusieurs missions pour les vectans, espionnage, sauvetage, etc. Au cours de ses missions il va rencontrer Echo qui est hybride du côté helghan, il devra choisir entre écouter son père adoptif et continuer la guerre contre les helghast ou tenter d’établir la paix et passer pour un traître au côté d’Echo.

Je ne suis pas fan des FPS en temps normal, ceci dit lorsque je suis complètement dans le jeu, j’oublie complètement que je ne vois pas mon perso (Portal, Destiny, Far Cry), les jeux bourrins ou on avance on tue des ennemis, on se cache, on avance on tue des ennemis me lassent très vite. C’est amusant 1h puis c’est vite répétitif. Donc j’ai commencé Killzone Shadowfall avec un peu d’appréhension, me disant que je le finirais vite et que je gagnerai quelques trophées facile en finissant l’histoire. C’est le sentiment que j’ai eu jusqu’au chapitre 3 où j’ai réellement commencé à m’amuser.
Déjà c’est ici où il faut commencer un peu à réfléchir, allez 30 secondes, mais surtout on se déplace autrement, on pénètre dans un vaisseau par les air, en jetpack ou autre, et on dirige le personnage de façon à ce qu’il atterrisse au bon endroit. Il y a des mécanisme à activer pour ouvrir des portes.
Les autres chapitres nous donnent l’opportunité également de jouer furtivement, pas d’armes silencieuses si ce n’est le pistolet malheureusement. Lorsqu’on se fait repérer ça devient quand même plus compliqué.
Dans certains chapitres Echo sera notre atout majeur pour sniper, il suffira de lui indiquer les cibles à abattre, ça j’ai vraiment adoré, et inversement une autre phase de jeu nous permettra de lui rendre la pareille trop rapidement malheureusement.
Les boss ne donneront pas vraiment de fil à retordre, même en difficile, certains chapitres seront en revanche plus compliqués que d’autres surtout lorsque l’ennemi se disperse et nous encercle, l’atout majeur est alors le robot qui nous accompagne depuis le début, qu’il faut utiliser soit en bouclier, soit en arme, avec les mines c’est un bon combo pour préparer la zones lorsqu’on sait comment les ennemis arrivent.

Les graphismes sont vraiment pas mal. Vous pouvez juger avec les captures. Pour un premier jeu dès la sortie de la PS4, le résultat est plutôt pas mal à mon sens. Je n’ai pas vu de bugs de caméra ou avec les décors. Ceci dit depuis le temps que le jeu est sorti, s’il y en a eu, ils ont été corrigés depuis longtemps !

Bon l’histoire ne casse pas des barres, mais en général dans ce genre de jeu ce n’est pas vraiment ce qui est attendu. Ceci dit j’aime bien le rôle que joue Echo et la tournure que prend le jeu, ça dévie un peu de ce à quoi on pouvait s’attendre au début du jeu, même si en avançant dans l’histoire on peu facilement en comprendre le dénouement. Attention gros spoil à la suite : tout au long du jeu Kellan se prend des balles, des grenades, parfois des obus, et à la fin du jeu il meurt en une balle…. j’ai trouvé ça complètement ridicule. C’était vraiment le truc typique du style, bon allez faut finir le jeu, on va le tuer comme ça.

En conclusion

Killzone Shadowfall est un bon petit jeu sympa pour moi qui n’ai pas suivi la License. J’ai eu d‘autres avis de personnes qui étaient plutôt déçues par cet opus, trop loin du style de la License, l’esprit Killzone est tombé dans les oubliettes, également au niveau du gameplay. Trop de phases de gameplay différentes qui leur font penser à du Call of ou autre. Moi c’est justement ça qui m’a plu. Les 3/4 du jeu sur Killzone 3 j’ai trouvé ça trop répétitif, et je me lasse vite des FPS couloirs. Ici tout est varié et j’ai bien aimé tester de nouvelles armes lorsque je les récupérais sur les cadavres, alors qu’habituellement je m’en fou un peu…
En plus des décors, couleurs, graphismes, c’est cette diversité dans le jeu qui m’a plu, alors oui ça fait un peu fourre tout je suis d’accord, mais c’est ça qui m’a permis de ne pas m’ennuyer pour moi qui n’est pas fan du genre. J’ai trouvé également la coop assisté par ordinateur d’Echo plutôt sympa, même si l’option d’une coop avec un vrai joueur aurait été une bonne idée. Je n’ai pas testé le multi donc je n ‘ai aucun avis dessus.
Pour le solo, 20h de jeu tout au plus suffiront à en venir à bout, j’ai joué en mode difficile. Je n’ai pas testé le multi mais pour avoir tous les trophées sur PSTHC.fr ils parlent de 200h de jeu, donc plutôt rentable si on veut le platiner pour le prix de 30€ environ.

0 Si tu trouves l'article sympa tu peux cliquer