Beat Cop 21 jours pour vous en sortir
Graphismes / ambiance9
Histoire8
Originalité du jeu8
Gameplay9
8.5La note sur 10
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Temps de lecture estimé 3 minutes

Dans Beat Cop, on vous accuse d’avoir commis un meurtre et volé des diamants lors d’une enquête qui a mal tourné. Vous êtes destitué de vos fonctions d’inspecteur. Redevenu un simple flic qui pose des PVs, vous allez devoir résoudre l’affaire pour vous sauver les miches, en plus de vos tâches quotidiennes. Et tout ceci en 21 jours.

Jeu : Beat Cop Genre : Retro pixel art, histoire à choix multiple Studio : Pixel Crow, Crunching Koalas Editeur : 11 bit studios Date de sortie : 5 mars 2019 Plateformes : Playstation 4, Xbox One, Switch / Déjà disponible sur Androïd, iOs, Linux, Mac et PC

Beat Cop, n’est pas chips qui veut

Sur fond de série télé des années 80, à la Chips, Beat Cop se veut tout aussi kitch et dans le bon sens du terme. Il lui manque la moto mais peu importe, même à pied et en parcourant la même rue de long en large pendant 21 jours, Jack Kelly n’a que faire des apparences. Ce qui l’intéresse, c’est de faire lumière sur un meurtre et un vol de diamants, qui lui ont valu de le renvoyer au rang de simple flic.

Dans cette rue de Brooklyn, vous allez devoir mener à bien votre enquête. Certains personnages viendront parfois vous donner quelques indices, parfois vous aider. Encore faut-il saisir l’occasion.

Vous aurez aussi votre travail quotidien à faire, outre des missions ponctuelles, il faudra faire votre quota de PVs. Au milieu des mafiosos italiens et d’un gang de voyous, il faudra faire pencher la balance, rester droit ou virer dans le ripou pour s’en sortir, c’est à vous de choisir.

Beat Cop, du pixel art en détails

La première chose qui marque dans Beat Cop c’est le détail apporté aux décors. On est habitué aux jeux en pixel art qui se contentent de quelques ombres et lumières pour donner plus de profondeur à des couleurs assez criardes, rappelant une époque nostalgique. Ici dans Beat Cop, même si le jeu se targue d’être un hommage aux séries des années 80 avec un humour vaseux, la qualité graphique est loin d’être mise de côté.
Le terrain de jeu est une seule rue. Le studio a eu l’idée de la remplir de détails souvent humoristiques et animés. Plus qu’un jeu, vous avez donc un véritable tableau d’oeuvre d’art devant les yeux, où vous pourrez passer du temps à contempler les détails.
L’ambiance sonore de la rue change aussi selon le niveau de jeu. À un coin de rue, le métal crie et à l’autre bout c’est plutôt du hip-hop, en passant par une pizzeria italienne, un sexshop, une pharmacie allemande ou un magasin d’alcool. D’autres bâtiments explorent d’autres activités et d’autres nationalités, mon appartement préféré reste celui de la mémé qui perd la boule et de son chien Sésame qui est allergique…devinez à quoi ?

Beat Cop, bavure ou… bavure ?

Jack Kelly n’a pas la vie reposante d’un flic qui commence tout juste sa carrière (pour peu qu’elle soit reposante en réalité). En plus de mener à bien ses missions quotidiennes et son quota de PV, il doit faire aussi avancer son enquête afin de laver son nom de tout soupçon et reprendre son travail d’inspecteur. Enfin, rien ne vous y oblige, autant pour les missions quotidiennes que votre réputation. Au pire, vous aurez quelques réflexions de la part de votre chef et peut-être que d’autres opportunités s’offriront à vous ?
Et si vous travailliez pour un gang finalement ? Et si vous partiez au Mexique refaire votre vie sous un autre nom ? À moins que vous ne vous fassiez tuer entre temps ?
Dans Beat Cop, les possibilités sont multiples. Le jeu -à compter de 10 à 20 min pour chaque jour sur 21 jours- peut durer à peu près 7 heures, facile donc de refaire une ou plusieurs parties et de découvrir toutes les subtilités du jeu.

Le gameplay est très simple, que vous jouiez sur PC ou console, il n’est vraiment pas difficile à prendre en main. Ainsi, même si vous n’avez parfois pas beaucoup de temps pour faire vos actions, il n’est pas difficile de les réussir. Au pire, en recommençant la journée il est facile de trouver le bon timing pour faire une action par exemple. Ceci dit, sur mobile, je serais curieuse de voir comment cela rend, les actions peuvent parfois être difficile si le gameplay n’a pas été adapté.

Test Beat Cop Fin de mission Agent Kelly


En conclusion
Vous vous trouvez devant un jeu qui fait son job de jeu : amusant, court pour la rejouabilité, plusieurs fins, de l’humour et du pixel art qui fait plaisir aux yeux. Je ne conseille pas en revanche d’y jouer de temps en temps, vous oublierez sinon des détails importants pour l’histoire du jeu. De plus, certains personnages ne sont parfois pas disponibles tel jour et vous demandent de repasser le lendemain ou le surlendemain. Il faut alors pouvoir s’en souvenir pour ne pas rater un tournant de l’histoire.