Adventure Time - Les Pirates de la Terre de OOO
Graphismes8
Ambiance8
Scénario6
Gameplay7
7.3La note sur 10
Note des lecteurs: (1 Vote)
7.8

Adventure Time – Les Pirates de la Terre de OOO est un ACTION / RPG au Tour par Tour développé par le studio Outright Games, sorti le 20 juillet 2018 sur PS4, XBOX ONE et Switch et distribué par Just for Games
Adventure time est à la base une série cartoon -de dix saisons- créée par Pendleton Ward et est très populaire aux états-unis. Elle a inspiré une quinzaine de jeux vidéos estampillés du même nom, ainsi que des comics. Adventure Time – Les Pirates de la Terre de OOO se situe après la fin de la série et nos héros sont bien entendu au rendez-vous.

Une équipe qui gagne

Dans une ambiance bien sympathique, le jeu commence sur Jake, Finn et BMO en train d’observer les étoiles; et ceux-ci finissent par s’endormir.
Au petit matin, ils se réveillent dans leur barque observatoire et le constat est sans appel: Ooo est enfoui sous les eaux et BMO a disparu. Ni une, ni deux, Jake et son frère adoptif Finn décident de partir une nouvelle fois à l’aventure pour élucider ce mystère. Pour commencer, nos deux compères décident d’aller voir le roi du royaume des glaces, mais avant il leur faut un bateau plus gros. Avec son pouvoir de chien magique, Jake allonge son bras et arrive à attraper un bateau à moteur non loin, et les voilà fin prêt pour voguer sur les flots.

Un gameplay diversifié

Le jeu commence donc où Finn (dernier humain de Ooo) et Jake sont dans leur bateau au milieu de l’eau. En ouvrant la carte dans le menu, on se rend compte que la map est assez grande, on aperçoit très vite des zones cachées qu’il faudra explorer par la suite. Le gameplay est assez simple : un bouton pour avancer, un autre pour reculer, le joystick pour tourner, et le bouton rond pour que jake récupère -en allongeant son bras- des caisses qui flottent sur l’eau contenant des items ou de l’argent; et il y aura d’autres possibilités par la suite en agrandissant son équipe lorsque vous récupérerez Marceline et BMO. BMO pourra activer un sonar pour révéler le chemin d’une quête avancée dans l’histoire mais aussi montrer de loin un spot de caisses ou de poissons à récupérer. Marceline pourra tirer au canon pour détruire des caisses ou attaquer d’autres bateaux pirates. Attaquer dans le sens d’engager une phase de combat au tour par tour, ce qui est dommage car ça aurait été tellement bon de faire de vrais combats navals en temps réel avec une jauge de vie pour les bateaux. Ça aurait été tellement bon un système d’amélioration et de réparation du bateau, mais là je m’égare, le jeu ne le propose pas. Cette map monde en bateau, au final propose que très peu d’interactions, deux ou trois quête secondaires dont une avec le kraken, espèce de Nemesis à la Resident evil 3 qui vous poursuivra partout jusqu’à que vous le battiez, sans grand challenge. Vous l’aurez compris, le bateau sert uniquement à se rendre d’un port à un autre.
Pour aller aux objectifs, vous n’avez qu’à suivre la direction de l’étoile jaune (pour les quêtes principales) ou de l’étoile bleue (pour les quêtes secondaires lorsque activées) sur la ligne boussole en haut de l’écran.

Vous accosterez très vite au royaume des glaces et découvrirez la phase d’exploration à pied. Il est possible de switcher entre les héros à tout moment en pressant une gâchette. L’intérêt réside dans le fait que chaque héro a une particularité. Finn peut casser des éléments du décor avec son sabre pour récupérer de l’argent ou des objets (d’ailleurs ces éléments de décor peuvent réapparaître d’eux-même lorsque vous vous éloignez un peu de quelques mètres et que vous revenez. Idéal pour se faire de l’argent facilement), il peut également utiliser les postes d’observation des différentes îles que vous visiterez pour révéler tous les coffres de la zone sur la map. Jake lui peut aider le groupe à franchir des obstacles à l’aide de ses pouvoirs de métamorphose. Il peut également se transformer en scooter pour aller plus vite; mais vous vous rendrez compte très vite que c’est peu pratique car les maps sont pour la plupart très étroites avec beaucoup d’obstacles ou de trous ou de bosses sur les chemins. En somme vous passez votre temps à vous cogner et cela vous stop net. Sans parler des bugs de collision qui vous font mourir ou qui vous
font passer à travers le sol dans une descente vers l’infini et l’au delà. Marceline quant à elle peut briser avec sa basse/hache les chaînes des coffres pour en récupérer le contenu;
elle peut également (quand le scénario le demande) devenir invisible aux yeux des ennemis pendant quelques secondes pour s’infiltrer dans une zone (attention, on est quand même loin d’un metal gear solid). Si elle se fait repérer, elle sera seule pour se battre. Quant à BMO, il/elle permet d’ouvrir des portes scellées pour faire avancer le groupe ou pour récupérer des trésors. De par sa petite taille (c’est la console de Jake) BMO peut se faufiler dans des petits trous pour ouvrir la voie aux autres. Finalement les maps sont assez linéaires malgré le fait qu’elles peuvent proposer deux ou trois chemin avec des énigmes plutôt simples à élucider.

Dans leur enquête  sur les mystérieux évènements actuels, Finn et Jake vont croiser tout une palanquée de protagonistes propre à la série. Il sera alors possible d’en interroger quelques uns. L’interrogatoire se fait façon “bon ou mauvais flics” à l’aide d’une roue de choix, à vous d’adapter la stratégie à adopter en fonction de l’état d’esprit de la personne en face. Si vous vous trompez une fois c’est pas très grave, cependant si vous enchaînez les mauvais choix, vous pouvez perdre. Pas de panique, il est possible de recommencer l’interrogatoire du début.

Réussir permet évidemment d’obtenir les informations nécessaires pour l’avancement de la quête, mais également permet d’obtenir de l’argent et des objets utiles. Finalement, ces interrogatoires se comptent sur les doigts de la main et c’est bien dommage car c’est très fun de pouvoir donner des tartes à Menthol Arnold par exemple.

Pour cet opus, Outright games a opté de faire un action rpg tour par tour et c’est plutôt réussi. Les ennemis sont visibles sur la map ainsi que leur niveau et il est possible d’engager ou non le combat. Pas de possibilité cependant de les prendre (ou d’être pris sois-même) par surprise pour avoir l’avantage de la première attaque, comme ce qui se fait dans beaucoup de jeux du
même genre. Les combats sont très dynamiques, très fluides et sont rythmés par des musiques bien nerveuses et bien adaptées. Les angles de caméras sont très bien choisis aussi. On retrouve des
éléments classiques du RPG telle que l’attaque/ l’attaque spéciale / bloquer / objets / fuite, se sélectionnant simplement mais efficacement avec le joystick gauche et la croix, représentant une roue d’actions. Marceline et BMO ont tout deux une capacité spéciale supplémentaire : Marceline en temps que vampire peut se régénérer et BMO peut faire recharger la jauge de spécial.

De base la jauge de spécial se recharge d’un point à chaque fois qu’il est au tour d’un héro de jouer. Cette jauge permet donc d’effectuer des attaques spéciales assez puissantes avec des effets magiques pouvant geler l’ennemi par exemple. Il est aussi possible d’effectuer des dégâts de zone ou des techniques de défense, ce qui peut être décisif dans un combat. On peut également retrouver des éléments de classe propre à certains RPG mais le jeu ne nous oblige pas à nous y cantonner. Par exemple Jake pourrait remplir le rôle de Tank du groupe car il a plus de PV que ses amis mais aussi a des techniques de leurre et d’encaissement de dégâts. Cependant il a des techniques qui permettent d’attaquer tous les ennemis en face, ce qui est très pratique. Puis à l’instar d’un final fantasy, chaque héro a un “limit break” se remplissant en prenant des dégâts entre autre pour Jake et Finn. Pour BMO le remplissage se majore en utilisant des objets et pour Marceline, c’est en finissant les ennemis. Une fois la jauge pleine, Finn (qui rappelle étrangement Tidus d’un FFX de par ses animations en combat) libère la puissance du gantelet du héro sur un ennemi; Jake se transforme en gros bulldozer et roule sur tous les ennemis; Marceline se transforme en loup garou incontrôlable à la Vincent de FFVII; et BMO de par son Rap buff la bande pour rendre les attaques spéciales plus puissantes.

Chaque héro a vraiment sa spécificité et ses techniques à lui et c’est fort appréciable. Le nombre de combat au fil de l’aventure est assez correct et bien dosé. Les quelques boss qui se comptent aussi malheureusement sur les doigts de la main ont chacun leur approche, mais tomberont assez facilement si vos persos sont bien upgradés.

Petit deviendra grand

C’est avec l’argent récupéré de bien des façons que vous allez pouvoir upgrader vos héros (ou acheter des objets). En explorant OOO, vous trouverez également des pages de l’enchiridion éparpillées un peu partout qui vous permettront de débloquer des attaques spéciales assez puissantes.  Chaque héro peut augmenter son attaque, sa défense, son esquive, sa précision, sa vie max et ses compétences spéciales. Plus vous gagnez en niveau (niveau 10 maximum), plus le coût des upgrades est évidemment élevé. Un système simple mais efficace, d’autant plus qu’on sent vraiment nos héros devenir de plus en plus puissant. Encore une fois, le jeu ne vous oblige à rien, c’est à vous de choisir ce que vous voulez upgrader. Si vous voulez du challenge cependant, libre à vous de ne rien upgrader pour se retrouver avec une difficulté corsée car effectivement le jeu reste assez facile. D’ailleurs il n’y a aucune possibilité de choisir une difficulté.

Quand le jeu devient cartoon

Côté direction artistique, c’est du très bon boulot. Ça ne plaira pas à tout le monde mais personnellement j’adore. Graphiquement le jeu se rapproche énormément du cartoon. On notera cependant des lags du jeu surtout en bateau mais rien de bien méchant non plus.

Visuellement c’est un mélange réussi de couleurs, l’univers est très joli et les environnements variés. On retrouve le royaume des glaces avec ses icebergs où le bleu et le blanc se mélangent à la perfection ; le royaume de la confiserie et ses desserts qui donneraient envie de manger des glaces (idéal par cette chaleur) ; la forêt maléfique avec ses couleurs sombres et sa brume rendant l’atmosphère inquiétante ; jusqu’aux îles volcaniques et son rouge pétant. Il y a une dizaine d’îles à visiter et chacune a sa propre identité.

L’ambiance est très réussie, l’humour et le ton sont justes et très bien dosés. Les musiques collent très bien à la situation, la caméra et le travelling vous immergent dans l’histoire et vous rappelle la série. J’ai vraiment passé un bon moment.

Mon bilan

Adventure Time – Les Pirates de la Terre de OOO est vraiment un bon jeu où on ne s’ennui pas. Il est très loin d’être parfait mais il a largement le mérite de happer le joueur dans l’aventure. On est très loin d’un The Witcher Wild Hunt en terme de contenu et narration mais ceux-ci sont très bien dosés. L’histoire principale se termine en une dizaine d’heure tout au plus. Les quête secondaires restent basiques et simple du style: ramener un sac de sucre qui est à dix mètres du pnj qui le demande; ou encore ramener les enfants bonbons perdus dans tout le royaume. Rien de bien recherché là-dedans mais au moins on est loin d’un FFXV qui nous refait vivre une journée de travail à la poste. Le bestiaire au final n’est pas très varié, ni même les boss : peu nombreux.

Le jeu au final est pas très compliqué, dans un environnement assez linéaire avec des énigmes assez simples à résoudre. Les fans de la série seront très contents de retrouver leurs héros et antagonistes favoris, doublés en anglais par les originaux. Cependant il est possible de jouer à Adventure Time sans connaître la série, ça peut être un bon point d’encrage pour la découvrir à la suite. Le jeu est sous-titré en français pour les cinématiques, on notera cependant un petit bémol car les textes ne sont pas traduit in game, ce qui est dommage surtout quand notre groupe de pirate en herbe entonne des chants pirates qui reprennent les événements passés ou à venir, remettant une couche sur le prochain objectif à atteindre dans l’aventure, on peut donc manquer quelques détails qui font l’originalité du jeu.

J’ai constaté quelques bugs notamment dans les textes, le curseur de la map qui peut devenir fou et incontrôlable, le menu qui ne veut plus s’ouvrir, des héros qui disparaissent dans les combats mais qui sont quand même là donc vous avez plutôt intérêt à savoir où se situe les commandes d’actions. Ou encore des bugs de collision qui vous font passer à travers le sol et où vous entamez une chute vers l’infini, sans mourir; ce qui peut faire peur étant donné que la sauvegarde est uniquement automatique et que vous ne savez pas quand celle-ci sauvegarde. Pour l’anecdote : sur une île je suis passé à travers le sol d’une salle fermée à clef, j’ai pu ouvrir des coffres mais pas ressortir, j’ai donc serré les fesses en quittant la partie. Finalement l’autosave m’a fait revenir en dehors de la salle mais les coffres étaient quand même ouvert quand j’ai pu revenir bien plus tard dans cette salle de façon normale.

Espérons qu’il y aura des mises à jours pour corriger ça. Le jeu ne propose pas de new game + et attention spoil le twist final se termine sur une éventuelle suite, mais on reste loin d’un scénario épique à la Game of Thrones.

En bref, j’ai vraiment passé un très bon moment, sans m’ennuyer ce qui devient rare.
Je le conseille vraiment, cependant après l’avoir terminé, on peut passer à autre chose la re-jouabilité n’étant pas indispensable. Si l’univers vous a plu et si ce n’est déjà fait, courez voir la série animée dont est adaptée le jeu.

Un poil cher à sa sortie, le jeu aux alentours de 30€ vaut largement le coût ! Disponible sur PS4, XBOX ONE et Switch. Test réalisé sur PS4.

En résumé, Adventure Time – Les Pirates de la Terre de OOO est un très bon jeu, simple, efficace, accessible à un large public où vous allez vous amuser, c’est sûr.

A propos de l'auteur

Initié très tôt aux Wonder Boy sur Master System par sa maman ; marqué à vie par Secret of Mana et la Super Nintendo ; le Gongon! reste depuis lors bien impliqué dans cette relation sérieuse avec les jeux vidéos.

Articles similaires